Pour le tournage du 4ème épisode de Planet’Bass pour Seasons, nous avons pris la direction du Québec dans le but de découvrir le black bass à petite bouche.

C’est Vincent David qui fut le « parrain » de ce baptême de pêche.

Ainsi, pour capturer nos premiers achigans à petite bouche, Vincent avait à cœur de nous faire découvrir ce qu’il appelle son « petit coin de paradis »; Le lac Memphrémagog.

En quittant Montréal nous traversons le pont Champlain (long de 3 440m); moment rapide durant lequel nous apercevons le lac Saint Louis, que nous aurons l’occasion de découvrir dans quelques jours.

Pour l’heure, 2h00 de route nous attendent pour rejoindre la charmante ville de Magog dans la région administrative de l’Estrie. Cette petite ville de 26 000 habitants est située au nord-est du lac Memphrémagog, à la confluence du lac et de la rivière Magog, dans laquelle les eaux du lac se déversent.

Dès notre arrivée à Magog nous découvrons cet impressionnant plan d’eau qui a pour particularité d’être traversé par la frontière entre le Québec et les États-Unis.

Pour les mensurations :

  • longueur : 44 km
  • largeur : 6 km
  • Superficie : 95 km²
  • Profondeur maximale :  107 m

Le nom Memphémagog proviendrait de la déformation du mot abénaquis mamhlawbagak, signifiant grande étendue d’eau.

Nous sommes au milieu du mois de juillet, les paysage du lac Memphrémagog sont simplement magnifiques, mais les accès sont difficiles. Les berges du lac sont quasiment totalement privatisées par de grosses propriétés qui possèdent leur ponton privatif, leur piscine, cours de tennis et même héliport… Vincent nous amène donc sur différents accès publics comme par exemple les mise à l’eau.

Des berges du Parc de la pointe Merry en passant par le Quai Bryants jusqu’au Quai de Knowlton, nous alternons entre trajet en voiture et prospection méthodique.

Vincent en prospection au spinnerbait face à l’île Charrest à Magog

Pour être complètement honnête, Mathieu et moi étant formatés à la pêche en France, nous avons été un peu perplexes sur le fait de pouvoir prendre du poisson à 3 en pêchant une rampe de mise à l’eau. D’autant plus qu’à notre arrivée, les spots étaient généralement déjà occupés…

Mais rapidement le Québec nous dévoile toute sa richesse halieutique ; crapé de roche, achigan à grande bouche, perchaude, brochet et surtout achigan à petite bouche nous ferons honneur!!!

Cette première journée de pêche Québécoise en compagnie de Vincent nous aura donné un avant goût de la richesse piscicole de ce pays.

D’ailleurs rien que sur le lac Memphrémagog on recense plus de trente espèces de poissons!  Des Salmonidés indigènes comme l’Omble de fontaine et le Touladi, mais on trouve aussi la Truite arc-en-ciel, la Truite brune et la Ouananiche (Saumon d’eau douce) qui ont été introduites.

Mais Memphrémagog est mondialement connu pour une espèce aquatique bien particulière; un monstre nommé Memphré, ce monstrueux serpent de mer à la tête hérissée de cornes, hante les profondeurs du lac depuis des siècles. Les Amérindiens refusaient de s’y baigner par crainte d’être dévorés par la créature dont la résidence est une caverne sous le mont Owl’s Head dans le canton de Potton, montagne de granit qui surplombe le lac en son point le plus profond. Malheureusement ou heureusement, nous n’avons pas eu l’occasion de voir cet animal « cousin du Monstre du Loch Ness », qui aurait été aperçu 26 115 fois!!!

Share